Loi « agriculture et alimentation », la liste des renoncements est longue.

L’Assemblée nationale vient d’adopter la nouvelle loi « agriculture et alimentation » défendue par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travers. L’objectif de cette loi était de rapprocher agriculture société santé et gastronomie. L’espoir était permis par la conclusion apportée aux Etats Généraux de l’alimentation par le président Emmanuel Macron « le modèle dans lequel nous nous sommes enferrés n’est pas soutenable ».

Le bilan de la séquence parlementaire est décevant. Le texte comprend quelques avancés notamment sur l’étiquetage des produits, mais la liste des renoncements est longue.
Sur le bien-être animal, les députés ont renoncé à la promesse d’Emmanuel Macron d’interdire d’ici 2022, la vente d’œufs de poules élevées en batterie. Ils ont refusé la vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs pour lutter contre la maltraitance.
Les objectifs sur le bio dans les cantines sont inférieurs à ceux qui étaient fixés lors du Grenelle de l’environnement.
Concernant les victimes des pesticides, il n’y aura pas de fonds d’indemnisation. Ils ont aussi refusé d’inscrire dans la loi un périmètre de protection autour des habitations, mais ils ont par contre adopté l’expérimentation de l’épandage de produits phyto par drone.
Enfin, alors qu’Emmanuel Macron avait promis que le glyphosate, principe actif du Roundup de Monsanto, serait interdit en France d’ici trois ans, l’exécutif n’a pourtant pas souhaité que les députés inscrivent l’interdiction dans la loi. Pourtant, cette interdiction est une demande des citoyens, un sondage sur le sujet révèle que 81 % des Français réclament son interdiction.
De nombreuses analyses, montrent que le glyphosate est présent dans nos aliments et dans les tissus humains. Pour rappel, depuis mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le glyphosate « cancérogène probable » pour l’homme.

L’avenir de l’agriculture française et européenne ne passe pas par la recherche d’une nouvelle molécule, mais plutôt par un changement de logique…
Il semble donc qu’avec ce gouvernement pour avoir une alimentation saine et durable respectueuse de toutes et tous, il faudra sans doute se contenter de simples de promesses.

EELV Manche

Renseignements sur http://coutances.eelv.fr/.

Remonter